Un passion infinie pour la musique, les voix, la découverte, pour les gens et la vie.

C’est en 2008 que Sophie Rochat compose son 1er titre, en collaboration avec son ami Xavier Coenegracht. « Just Trying », interprété en duo à l’occasion de son 19ème anniversaire, fait l’unanimité. Accompagnés de Tristan Giovanoli, les deux acolytes enregistrent alors une démo chez Bastien Todosin des Studios ADSS, laquelle sera présentée pour la sélection suisse de l’Eurovision 2009. La presse réclame un nom de scène et c’est alors que naît « Sosofluo ». Un surnom attribué à Sophie quelques années auparavant, par ses camarades de classe, en référence à ses tenues originales, souvent parées d’accessoires et couleurs fluorescents.

En 2011, « Quand je ferme les yeux » rythme les vacances en Croatie de Sosofluo et ses amis. Grâce à cette nouvelle composition et son enregistrement aux Studios ADSS, les portes de la finale suisse du concours Eurovision de la chanson 2012 s’ouvrent à Sosofluo ses musiciens, des amis triés sur le volet. À l’occasion, elle rencontrera notamment Yann Zitouni et Jean-Marc Richard. Commence alors un long chemin vers la création d’autres chansons, collaboration avec divers studios dont en 2014 l’enregistrement de « Wedding Rain » et une nouvelle version de « Just Trying » à Londres, aux Soho Play ! Studios.

Vainqueur de plusieurs concours de chant dont Voice Star 2014, où elle a reçu le 1er prix des mains d’André Manoukian, Sosofluo a pu enregistrer et tourner le clip de « Dreaming Awake » chez MSJ-Production sur une musique de Patrick Vuillaume et un texte de sa propre composition. C’est néanmoins l’incroyable aventure « Seynod Voice » qui sera le tournant décisif de sa carrière artistique. En effet, le 14 février 2016, Sosofluo débute sa journée de St-Valentin par une audition à Fribourg, qui l’enverra tout droit au quart de finale du concours, en France. Près d’Annecy, elle se démarque de par sa personnalité, son charisme et son interprétation des reprises « Time after time » de Cyndi Lauper et « Padam » d’Edith Piaf. 1ère sélectionnée pour la demi-finale, elle se défend sur « Si » de Zaz et « Mercy » de Duffy, emmenant le public avec elle. Le courant passe avec les musiciens et c’est sans surprise qu’elle se retrouve en finale, aux côtés des 7 autres candidats, tous plus talentueux les uns que les autres. Le titre « Is it a crime ? » de Sade, d’une grande difficulté technique et imposé par les musiciens, donne le ton. C’est pourtant « Je t’écris » en hommage à Grégory Lemarchal qui fait mouche, touchant au cœur le jury, le public et surtout notre principale intéressée, qui souhaitait interpréter ce titre en finale, si elle y accédait. Après une attente insoutenable, le jury rend son verdict. Ce sont Michael Jones, Steve Estatof, Emilie Ragni et Sara Line qui remettent alors le trophée de grande gagnante de cette 2ème édition à Sosofluo. Cette dernière remporte le prix exceptionnel d’enregistrer un album de 12 titres originaux au Studio Elia, à Seynod, avec l’ingénieur-son Enzo Dagostino. Cinq mois plus tard, l’aventure commence et une belle complicité s’installe dès les premières sessions, avec la venue au studio du batteur Cédric Gerfaud, du bassiste Cédric Bailles et des visites amicales des organisateurs du concours et amis de la région. Steve Estatof lui-même fera partie du voyage, composant le duo « La Ritournelle des Faux-Semblants », qu’il interprétera avec sa favorite sur l’album “Mademoielle” sorti en février 2018, et restant en contact avec elle et le studio afin de suivre le bon déroulement des choses. Un soutien précieux pour la jeune artiste qui découvre jour après jour les étapes à franchir dans la création d’un album de A à Z.

En janvier 2017, elle enchaîne avec une victoire au Concours-Prix de Paris en hommage à Michel Berger avec YNK pour un duo guitare-voix sur une réinterprétation de « Quelques mots d’amour » et « La Ritournelle du Mosquito », un mix de deux de leurs titres respectifs. Suivront plusieurs mois de dur labeur en studio d’enregistrement, arrangement avec les musiciens, mix et mastering, séances photos, création de site internet, projet WeMakeIt, réalisation de pochette d’album et surtout beaucoup d’organisation… . Vingt jours d’enregistrement répartis sur l’année, et des heures à cogiter sur tous les détails inhérent à un tel challenge. Un an s’écoulera finalement entre l’écriture des premières chansons, dont sept sont de la plume-même de Sosofluo, et la sortie officielle de l’album.

C’est le 5 novembre 2017, au Café-Théâtre Esprit Frappeur, qu’a enfin lieu le vernissage tant attendu du premier album de Sosofluo, intitulé « Mademoiselle ». Une salle comble, pour deux représentations consécutives et beaucoup d’enthousiasme, tant de la part des musiciens et de la technique que du public venu nombreux soutenir sa maîtresse d’école, sa professeur de chant, sa collègue ou sa voisine. Prenant à cœur son rôle de mentor, Steve Estatof se déplace même de France pour partager la scène avec Sosofluo et lui offrir, ainsi qu’aux spectateurs, un moment d’exception.

“Mademoiselle”, sorti le 16 février 2018, est maintenant disponible sur toutes les plateformes numériques, en téléchargement ou écoute. Dès lors, Sosofluo se produit en Suisse Romande et bientôt au-delà, à la recherche de concerts tant dans la sphère privée que publique. N’hésitez donc pas à lui proposer des engagements via la page contact, et elle se fera une joie de venir égayer vos soirées par un programme sur mesure, seule ou accompagnée de ses musiciens.

Télécharger le dossier de presse

Curriculum Vitae